Portrait N°1: Italie – UIPI Série 2018 sur le patrimoine bâti

Portrait de Vittorio Giulini et La Marchesa - Italie


“Leur propriété est notre patrimoine!”

L’année 2018 est dédiée dans l’Union Européenne à la célébration de l’Année européenne du patrimoine culturel, une initiative visant à encourager davantage de personnes à découvrir notre patrimoine et à renforcer notre sentiment d’appartenance. Pour ce premier portrait, nous allons en Italie, où le patrimoine bâti est un repère national, pour interviewer Vittorio Giulini. 

Le patrimoine culturel va au-delà des monuments et des sites archéologiques. Il comprend des bâtiments culturels privés, qui mettent en valeur notre mode de vie, nos valeurs et nos traditions ainsi que nos liens communs. Cette année est une occasion unique de promouvoir ces bâtiments et leurs propriétaires. C’est pourquoi l’Union Internationale de la Propriété Immobilière (UIPI) a décidé de faire de cette année celle de ceux qui, année après année, protègent notre héritage européen commun. Nous raconterons l’histoire des propriétaires et de leurs biens classés ou non classés, en mettant l’accent sur leur quotidien et leurs efforts pour préserver ce patrimoine collectif.  

La famille de Vittorio Giulini est propriétaire d’un domaine situé à Novi Ligure, à Monferrato, dans le Piémont. Au centre du domaine de Marchesa – une propriété de 80 hectares – se trouve une villa historique du 18ème siècle, un monument national qui est demeuré intact. Les bâtiments annexes ainsi que les terres sont classés comme ‘paysage protégé’ selon la loi italienne, en tant que rare exemple de l’architecture rurale qui a su préserver la splendeur d’une grande villa de l’époque. 

"Quand on vit dans une maison comme celle-ci, le plus important est de ne pas se comporter comme si on vivait dans un musée."

M. Giulini ne se contente pas de préserver un bien typique du patrimoine local, il est également très actif dans le monde associatif et politique pour promouvoir la préservation des bâtiments historiques. Il est Vice-Président de la chambre piémontaise et membre du Comité Exécutif de l’Association Italienne des Maisons Historiques (ADSI), une organisation associée à Confedilizia, et est aussi membre du Comité Exécutif des Demeures historiques européennes, qui regroupe 24 associations nationales et représente plus de 50.000 propriétaires de maisons historiques à travers l’Europe.

M. Giulini, parlez-nous de votre propriété. Depuis combien de temps est-elle dans votre famille? 

Le domaine a été acheté en 1975 par ma famille. Cette villa, avec son architecture typique du XVIIIe siècle, est un exemple classique des habitations campagnardes faites de terre et de pierres, qui ne sont toutefois pas fréquentes dans le nord de l’Italie comparé à d’autres régions comme la Toscane.

Une des particularités de ce bâtiment, par rapport à ce qui se fait de nos jours, est le fait que le rez-de-chaussée repose directement sur le sol (sans fondation), tandis que le premier étage (le «piano nobile») avec ses hauts plafonds est l’endroit idéal pour la convivialité .

Avant d’être en notre possession, le domaine appartenait aux Marquis Sauli, une ancienne et noble famille génoise qui avait acquis une partie du domaine en 1690 et y a construit une maison. Afin de combler les aspirations de la Marquise Sauli lors de son mariage, en 1750, le domaine familial s’est agrandi et la maison a été transformée en une fantastique villa, qui a été baptisée “La Marchesa” en l’honneur de la dame. D’après un testament retrouvé à l’intérieur du domaine, l’ancienne valeur de la villa et de ses terres agricoles s’élevait à 16 000 lires, un montant très important pour l’époque.

 

Quelle est votre motivation pour posséder et préserver un tel bâtiment? 

Restaurer ce bâtiment fut un vrai défi, mais ce fut aussi une expérience très enrichissante. Aujourd’hui, La Marchesa a retrouvé sa gloire d’antan telle qu’elle était en 1750. L’ancienne ferme a été transformée en restaurant Le Sauli et les anciennes caves de la villa ont également été conservées à leur emplacement historique, poursuivant la tradition viticole du domaine. 

Selon moi, il est impératif de préserver ces bâtiments et c’est notre devoir. Je suis convaincu qu’il est impossible d’envisager l’avenir si nous ne comprenons comment nous en sommes arrivés au présent. Ce bâtiment nous le considérons comme un cadeau pour les visiteurs. En le visitant, ils peuvent se faire une idée précise de ce que c’était que d’être un agriculteur et propriétaire d’un grand domaine agricole au 18ème siècle. Si ces propriétés ne sont pas conservées dans de bonnes conditions par leurs propriétaires, en Italie comme à l’étranger, nous commencerons à perdre notre identité. Ma génération est encore motivée par la préservation de notre passé commun et de notre histoire. 

 

Auriez-vous une anecdote ou un souvenir à partager avec nous qui vous rend fier d’être le propriétaire de ce bien?

Dans la villa, il y a une chapelle dédiée aux anges gardiens, connue pour protéger la santé et les âmes des paysans locaux. Pendant la rénovation, nous avons découvert une inscription à l’intérieur de la chapelle expliquant qu’une plus grande chapelle aurait dû être construite. C’est assez émouvant de trouver ce genre de témoignages du passé alors que l’on ne s’y attend pas et j’aime l’idée d’une grande chapelle pour la bénédiction du travail des paysans. 

Comment est-ce que c’est de vivre dans un endroit comme celui-ci qui relie notre passé et notre futur?

Quand on vit dans une maison comme celle-ci, le plus important est de ne pas se comporter comme si on vivait dans un musée. Vous devez la transformer en une vraie maison, où n’importe qui pourrait simplement s’asseoir, lire un livre et se sentir chez soi. J’aime passer du temps ici surtout pendant les récoltes.

L’ouvrez-vous au public?

C’est une maison d’habitation meublée avec des meubles précieux et familiaux donc je ne souhaite pas l’ouvrir entièrement au public. Néanmoins, j’organise des visites pour de petits groupes ou des événements particuliers et des dégustations de vin.

Avez-vous adapté cette villa aux standards modernes et comment avez-vous réussi à le faire tout en préservant sa valeur patrimoniale ?

Le domaine a été restauré selon les réglementations actuelles tout en respectant l’architecture traditionnelle, notamment en ce qui concerne les installations domestiques. Afin d’adapter la maison aux standards de nos modes de vie actuels, j’ai concentré mon attention sur les rénovations les plus urgentes et nécessaires, telles que les installations électriques pour préserver la structure et la nature du bâtiment. 

Conserver ce type de bâtiments en bon état nécessite des investissements importants, pensez-vous avoir suffisamment d’incitations et de soutien politique pour préserver ce type de propriété?

Les coûts d’entretien d’une villa de 1200 mètres carrés sont incroyablement élevés. Nos décideurs supposent souvent que les propriétaires de bâtiments historiques sont riches et n’ont pas besoin d’aide pour les préserver. Ils ne comprennent pas que l’obtention de revenus commerciaux de ces propriétés est souvent du passé. Ces maisons étaient autrefois le centre des activités économiques les plus importantes de la région : la production de soie, de vin, de bois et de blé. De nos jours, ce type d’activité agricole n’apporte plus de revenus suffisants. Dans notre cas, nous ne pouvons pas non plus modifier le paysage ou construire des structures supplémentaires puisque le terrain est enregistré comme un point de repère.

L’aide que nous recevons des pouvoirs publics prend la forme d’un allègement fiscal nous permettant de payer un taux réduit de 50% de la taxe foncière. Bien que ce type d’aides soit le bienvenu, il est loin d’être suffisant.

Qu’est-ce qui devrait changer, selon vous, pour que les propriétaires privés de bâtiments faisant partie de notre patrimoine soient encouragés à entretenir leurs propriétés?

Préserver le patrimoine culturel en Italie est primordial. C’est l’un de nos principaux atouts. Les décideurs nationaux et européens doivent comprendre que les bâtiments privés constituent une part importante du patrimoine culturel européen. Ce sont des éléments qui pavent notre histoire commune et nous différencient des autres cultures et régions. Si nous perdons nos racines culturelles, notre position dans le monde sera négligeable.

Ces propriétés sont également très importantes pour la vie culturelle locale car elles constituent un élément essentiel du tourisme expérientiel, fournissant environ 9 millions d’emplois et générant chaque année environ 335 millions d’euros de recettes en Europe. En outre, ils ont également une valeur sociale, car ils offrent des emplois locaux aux artisans qualifiés qui travaillent pour leur préservation. Tous ces avantages passent souvent inaperçus auprès du public et de nos décideurs.

Par conséquent, à mon avis, il est important que les autorités publiques, y compris l’Union européenne, investissent dans des bâtiments privés historiques, qui sont les principaux actifs de notre paysage urbain et rural.

En Italie, nous avons créé le modèle économique des «agritourismes» qui fonctionne très bien: nous avons maintenant plus de 20 000 de ces entreprises dans le pays. Ce concept devrait également s’élargir aux maisons historiques de façon plus systématique, car il pourrait aider à convaincre les propriétaires d’ouvrir leurs maisons au public.

 

Si vous deviez donner un conseil à ceux qui vous succèderont quel serait-il? 

J’ai remarqué que les jeunes considèrent les propriétés anciennes comme n’étant pas modernes, trop chères et, par conséquent, sans but économique apparent. Je pense qu’ils ont tort. En effet, un nouveau type de tourisme émerge avec des voyageurs qui souhaitent faire l’expérience de quelque chose de différent et inoubliable. Mon conseil aux générations futures est de préserver l’authenticité de ces anciennes maisons privées, afin qu’ils puissent partager leur valeur historique tout en mettant en place des stratégies pour promouvoir et offrir de nouvelles expériences au public, et peut-être réussir à obtenir une rentabilité économique. 

Comments are closed.